Le mot de la Présidente

L’Ordre des médecins est le garant de la déontologie médicale et les missions des conseillers ordinaux sont gouvernées par l’éthique de notre profession, le respect de nos confrères et le devoir vis-à-vis de nos patients.

 
Le dévouement des conseillers ordinaux s’illustre depuis longtemps par leur action au sein des Conseils Départementaux. La loi du 4 mars 2002 suivie du décret du 7 mars 2006 a mis en place les Conseils Régionaux de l’Ordre afin que notre profession puisse avoir sa légitimité et sa représentativité au sein de chaque région.

Le Conseil Régional de l’Ordre du Nord - Pas-de-Calais s’est ainsi fait connaître auprès des instances régionales, représentant les médecins aussi bien dans leur composante libérale que publique.
Le travail de chaque conseiller a permis cette reconnaissance auprès de nos instances régionales de la santé et je remercie l’ensemble des membres du conseil pour leur participation et leur action.
La tâche est lourde car la loi HPST avec la création des ARS, avec la mise en place de « la démocratie sanitaire renforcée » nous conduit tous à être de plus en plus présents dans l’ensemble des projets de la Région afin de toujours préserver la déontologie médicale.

Notre souci constant est bien sûr d’améliorer l’accès aux soins de nos patients, la qualité des soins.
 
La légitimité du Conseil Régional de l’Ordre passe par l’adhésion à nos actions des Conseils Départementaux, qui sont toujours consultés avant toute décision. Les Conseils Départementaux gardent leur identité et leurs différences.
 
Le travail de nos commissions nous permet d’appréhender l’état de la médecine dans notre région, de constater, parfois d’alerter et si possible de proposer des remèdes.
 
Au sein du Conseil Régional de l’Ordre des Médecins travaille également la chambre disciplinaire de première instance qui est présidée par un magistrat, de même la section des assurances sociales.
Nous désignons dans ces instances des représentants de l’Ordre.
 
Le Conseil Régional de l’Ordre des Médecins doit parfois se réunir en formation restreinte avec la lourde tâche de décider d’une éventuelle suspension du droit d’exercer en cas d’état pathologique rendant dangereux l’exercice de la profession.
Cette formation statue également sur les recours en matière d’inscription.
   
Courage, volonté et persévérance sont certainement des qualités qui devront être nôtres, afin de mener à bien l’ensemble de nos missions dans le respect et la confraternité.


Docteur Isabelle LAMBERT