Actualités

                                  

Invités

Le Conseil a invité au cours de ses réunions mensuelles :

Le 16 juin 2017 - Dr Thierry DANEL, Directeur de la F2RSM Psy et M. Laurent PLANCKE, Chargé d'études

Le 16 mai 2017 - M. Francis Vercamer - Député du Nord

Le 16 mars 2017 - Dr Houcine AMROUNI - Représentant le mouvement En Marche!

Le 16 février 2017- M. André FLAJOLET - Maire de St Venant, Président du Comité de surveillance EPSM Val de Lys - Artois

Le 15 décembre 2016 - M. Xavier BERTRAND - Président du Conseil Régional des Hauts-de-France

Le 24 novembre 2016 - M. Didier VANQUELEFF – UFC Que Choisir

Le 22 septembre 2016 - M. Rémi PAUVROS – Député du Nord

 


INSTRUCTION N° DGS/PP2/2017/187 du 18 mai 2017 relative au diagnostic et à la prise en charge des enfants exposés in utero au valproate de sodium et à ses dérivés ainsi qu’aux autres antiépileptiques.

Publié le 23 juin 2017

La Direction générale de la Santé à chargé les ARS de diffuser l'instruction N° DGS/PP2/2017/187 du 18 mai 2017 relative au diagnostic et à la prise en charge des enfants exposés in utero au valproate de sodium et à ses dérivés ainsi qu’aux autres antiépileptiques.

L’objectif de cette instruction est de repérer les situations d’enfants exposés in utero au valproate de sodium ou à ses dérivés ou à un autre médicament indiqué dans le traitement de l’épilepsie et de mettre en place une filière de soins adaptée pour le diagnostic et leur prise en charge.

Il est demandé aux médecins généralistes, pédiatres, gynécologues obstétriciens, sages-femmes, neurologues et psychiatres de porter une attention particulière à ces enfants.

Pour ce faire, la HAS a publié un protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) « Embryo-Fœtopathie au Valproate »  élaboré par le Centre de référence Anomalies du Développement et Syndromes Malformatifs de l’Ouest afin d’aider ces professionnels de santé dans la recherche de symptômes, prise en charge, orientation et suivi en cas de signes décelés.

La recherche de prise de valproate de sodium ou dérivé pendant la grossesse doit être systématiquement faite lors de la 1ere consultation chez l’un des professionnels précités.
En cas de réponse positive, un signalement (signes observés et nom du/des médicaments pris par la mère durant la grossesse) devra obligatoirement être fait sur le portail de signalement des évènements sanitaires indésirables du centre régional de pharmacovigilance dont le professionnel dépend.

Si des signes sont décelés, l’enfant devra être orienté vers un centre de référence maladies rares (CRMR) spécialisée dans les anomalies du développement et les syndromes malformatifs (1 au CHRU de Lille), ou un centre pour maladies rares du développement cérébral déficiences intellectuels (aucun dans la région). Dans le cas d’un prédiagnostic d’autisme, l’enfant sera ensuite orienté vers un centre de ressources autisme (CRA).
Les professionnels des territoires régionaux pour le diagnostic des troubles du spectre de l’autisme (TSA) et des centres de référence des troubles du langage et des apprentissages sont également concernés par cette recherche systématique lors d’une consultation initiale.





 


3ème journée internationale de l'épilepsie

Publié le 6 février 2017

L'Association Epilepsie France et la Maison des Usagers organisent un temps de recontre et échanges sur le thème "Apprendre à vivre avec l'épilepsie" le vendredi 10 février 2017 de 14h à 17h.

 

Cliquez sur l'affiche pour agrandir


Tension d'approvisionnement en vaccin contre l'hépatite A

Ouverture de l'appel à projets national : "Accompagnement à l'autonomie en santé"

Publié le 27 juillet 2016

En application de l’article 92 de la loi de modernisation de notre système de santé, le Ministère des Affaires sociales et de la Santé a lancé le 13 juin 2016 un appel à projets, dédié à l’accompagnement administratif, sanitaire et social pour l’autonomie des personnes malades, en situation de handicap ou à risque de développer une maladie chronique.

Date limite de soumission : 16 août 2016

Cet appel à projets a pour objectif d’expérimenter des projets pilotes innovants, évaluables, reproductibles et diversifiés qui permettront aux personnes malades, en situation de handicap ou à risque de développer une maladie chronique, de disposer d’informations, de conseils, de soutiens et de formations leur permettant de maintenir ou d’accroître leur autonomie, de participer à l’élaboration du parcours de santé les concernant, de faire valoir leurs droits, d’accéder à la prévention et aux soins, de mobiliser leurs ressources et de développer leur projet de vie .

     Plus de renseignements sur le site de l'ARS Nord - Pas-de-Calais - Picardie


Tension d'approvisionnement en vaccin contre l'hépatite A

Publié le 8 juin 2016

Dans le cadre de son partenariat avec l'ANSM (agence nationale de sécurité des médicaments ) l'ordre des médecins vous informe des tensions d'approvisionnement des vaccins 
HAVRIX 1440U/1ml
et VAQTA 50U/1ml  (communiqué de l'ANSM du 23 mai 2016)

Prenant en compte cette tension d'approvisionnement, une modification des pratiques vaccinales tant chez l'enfant que chez l'adulte est recommandée  tout en respectant les dernières données épidémiologiques 


Formulaire de déclaration obligatoire de morsure de chien

Publié le 24 mai 2016

Le Conseil national de l’Ordre des médecins et le Conseil supérieur de l’Ordre des vétérinaires ont rédigé un document commun qui permet d’effectuer la déclaration obligatoire en mairie, lorsque le professionnel reçoit en consultation un patient victime d’une morsure de chien.

 Vous pouvez télécharger le formulaire de déclaration via ce lien.


Journée internationale d'action pour la santé des femmes

Publié le 6 avril 2016

A l’occasion de la journée internationale d’action pour la santé des femmes, la Ville de Lille et la Fédération Française de Cardiologie vous invitent à une  matinée de sensibilisation sur la prévention des maladies cardio-vasculaires chez la femme le  :   

28 mai 2016 dès 9h au Grand-Sud

50 rue de l’Europe

59000 Lille

Cliquez sur l'affiche pour agrandir

Informations et inscriptions :
service.sante@mairie-lille.fr et 03 20 49 56 14                                          

  

Communiqué de presse - Grande Consultation

Publié le 25 février 2016

Résultats de la grande consultation de l’Ordre des médecins

en Nord - Pas-de-Calais - Picardie

Entre malaise de la profession et inquiétude pour l’avenir,

les médecins de nord - pas-de-calais - Picardie

appellent à une réforme du système de santé

Dans une enquête sans précédent, l’Ordre des médecins confirme le profond malaise de la profession médicale. Inquiets pour la santé de demain, les médecins souhaitent être les acteurs du changement et appellent unanimement à une réforme partagée du système de santé. Sur les bases de cette grande consultation, l’Ordre des médecins a formulé ses propositions pour réformer le système de santé, réunies au sein d’un livre blanc rendu public le 26 janvier.

Février 2016. Le Conseil national de l’Ordre des médecins présente les résultats d’une enquête sans précédent, réalisée par l’institut ELABE, qui a permis de recueillir les témoignages, perceptions et attentes de près de 35 000 médecins en France, dont 2 171 médecins de la région Nord - Pas-de-Calais - Picardie. Cette mobilisation massive permet à l’Ordre de disposer d’une matière d’une très grande richesse, qui a été complétée des résultats d’un sondage réalisé en miroir auprès de plus de 4 000 usagers du système de santé, dont 383 usagers de la région.

Au-delà de ce dispositif de consultation, l’Ordre des médecins a organisé, le 27 novembre à Lille, une rencontre avec tous les médecins de la région Nord - Pas-de-Calais - Picardie pour échanger et débattre sur l’avenir du système de santé.

Dans la région comme ailleurs, un très fort sentiment de malaise

Le premier enseignement à retirer de cette consultation : les médecins dans leur ensemble expriment un très fort sentiment de malaise. Ce constat national se confirme dans la région Nord - Pas-de-Calais - Picardie. En effet, si comme ailleurs, 91% des médecins de la région se disent « fiers » d’exercer une profession qui constitue avant tout une vocation, selon une grande majorité de médecins, l’exercice du métier est aujourd’hui trop contraint et dévalorisé : 97% des médecins estiment subir trop de contraintes réglementaires, économiques et administratives, qui empiètent sur leur temps médical, et 91% d’entre eux estiment que leur mission de service public est « mal reconnue ».

En conséquence, comme observé sur l’ensemble du territoire, ils sont plus de 7 médecins de la région sur 10 (74%) à se déclarer inquiets pour l’avenir de la profession. Une forte inquiétude qui s’étend au système de santé dans son ensemble, et que leur patientèle partage : 86% des médecins sont « pessimistes » quant à son avenir (pour 72% des usagers de la région).

En Nord - Pas-de-Calais - Picardie comme ailleurs, la nécessité de réformer le système… avec les médecins

Comme ailleurs en France, 80% des médecins de la région ont le sentiment d’une dégradation du système de santé depuis 10 ans, un constat que partagent 61% des usagers interrogés. En cause, le pilotage de la santé par les pouvoirs publics jugé quasi unanimement « insatisfaisant » (92% des médecins).

Si médecins comme patients s’inquiètent d’un système en fin de cycle, c’est un net volontarisme des médecins qui se dégage de cette consultation : ils sont 94% en région Nord - Pas-de-Calais - Picardie à appeler de leurs vœux une réforme partagée du système de santé, une position soutenue par 87% des usagers de la région. Et quand on demande à ces derniers quel est l’acteur en qui ils ont le plus confiance pour réformer le système dans l’intérêt des patients, c’est sans équivoque le médecin, référent santé, qui est cité (88%). Là encore, les résultats régionaux confirment la tendance nationale.

Première priorité pour les médecins en Nord - Pas-de-Calais - Picardie comme partout ailleurs en France : retrouver le temps médical

De même qu’au niveau national, 98% des médecins de la région estiment qu’augmenter le temps médical en réduisant la complexité administrative est une piste de réforme importante ; il s’agit même d’une priorité pour 88% d’entre eux. Cette attente n’est pas surprenante pour une profession qui n’a eu de cesse de s’alarmer, dans les 16 réunions en régions organisées par l’Ordre depuis septembre, de ne plus avoir suffisamment de temps dédié au soin.

Conscient qu’une vraie réforme du système de santé ne se fera qu’en agissant sur les grands principes qui le sous-tendent, l’Ordre des médecins juge nécessaire d’articuler ses propositions autour du temps médical. Préserver le temps médical des médecins est en effet le meilleur moyen de proposer un système efficient pour tous.

En synthèse :

En Nord - Pas-de-Calais - Picardie, un très fort sentiment de malaise

  • 91% des médecins se disent fiers d’exercer leur profession (national : 89%)
  • 97% estiment subir trop de contraintes réglementaires (national : 97%)
  • 91% estiment que leur mission est mal reconnue (national : 91%)

Dans la région, la nécessité de réformer le système de santé… avec les médecins

  • 94% des médecins appellent à une réforme du système de santé (national : 95%)
  • 88% des usagers de la région font d’abord confiance au médecin pour faire évoluer le système de santé (national : 86%)

Partout, une même priorité : retrouver le temps médical

  • 98% des médecins de la région estiment qu’augmenter le temps médical en réduisant la complexité administrative est une piste de réforme importante ou prioritaire (dont 88% de piste perçue comme prioritaire) (national : 98% et 86%)

 L’ensemble des résultats détaillés est disponible sur le site de l’Ordre des médecins.

-> Pour le Nord – Pas-de-Calais – Picardie 


Alerte virus ZIKA

Publié le 11 février 2016
Vous pouvez consulter via les liens ci-dessous :
  • les recommandations du Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) concernant la prise en charge des cas importés d'infection par le virus ZIKA dès le 22 juillet 2015

       http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=517

  • et une actualisation des données en date du 22 janvier 2016.

       http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=532  

Pour plus de renseignement, vous pouvez contacter l'Agence Régionale de Santé Nord - Pas-de-Calais - Picardie.

Violences faites aux femmes
Publié le 13 novembre 2015

Les violences envers les femmes prennent de nombreuses formes : violences domestiques et psychologiques, harcèlement de rue, abus sexuels, rituels, crimes dits d'honneur, exploitation, esclavage, mutilations génitales...
 
La Ville de Lille et ses partenaires organisent, comme chaque année, des événements autour de cette thématique afin de sensibiliser chacune et chacun.

  (Cliquez sur l'image pour accèder au programme)


Réunion de tous les médecins 

Publié le 2 novembre 2015

Réunion de tous les médecins du Nord - Pas-de-Calais - Picardie ,

le 27 novembre 2015 à 20h,  à l'Institut Gernez Rieux (CHRU)

La parole sera donnée à tous les médecins, en parallèle et en complément de la grande consultation organisée par le Conseil National de l'Ordre.

Venez nombreux pour vous exprimer librement,

Docteur Isabelle LAMBERT,

                                                                  Présidente du CROM 59-62   

Ouverture du site internet dédié à la grande consultation

Publié le 27 octobre 2015

Le site lagrandeconsultation.medecin.fr regroupe toutes les informations nécessaires sur le déroulé de la consultation. Sont d’ores et déjà disponibles les premiers retours sur les rendez-vous institutionnels et les réunions de médecins en régions organisés depuis le 1er septembre.

A partir du 12 octobre, ce site donnera également accès à un questionnaire en ligne ouvert à tous les médecins.

L’Ordre des médecins a lancé début septembre sa grande consultation sur l’avenir du système de santé qui doit permettre de renouer le dialogue avec tous les acteurs de la santé afin de construire ensemble le système de santé de demain.

Pour accompagner cette initiative, le site lagrandeconsultation.medecin.fr, ouvert à un large public, se veut une ressource précieuse, permettant de suivre l’avancée de l’ensemble des travaux menés dans le cadre des quatre volets de la consultation :

  • les rencontres de proximité organisées dans douze grandes régions ou inter régions de septembre à décembre 2015,
  • la consultation en ligne ouverte en octobre à tous les médecins sous la forme d’un questionnaire,
  • une série de rendez-vous institutionnels organisés de septembre à décembre au siège du Conseil national, où plus de 70 structures et acteurs du monde de la santé sont invités par petits groupes à venir échanger sur les thèmes du système de santé de demain (syndicats, agences, institutions, politiques, etc.),
  • un sondage grand public en miroir des attentes des professionnels sur le rôle, la place du médecin dans la société et les attentes du public sur le système de santé.

Un site internet au cœur du dispositif

Le site lagrandeconsultation.medecin.fr constitue un outil central du dispositif. Il hébergera en effet à compter du 12 octobre le questionnaire destiné aux médecins qui leur permettra de partager leurs constats sur le système de santé actuel et leurs souhaits pour demain.

L’analyse des résultats du questionnaire jouera un rôle majeur dans la réflexion de l’Ordre des médecins qui attend une large participation permettant de donner tout son poids à cette démarche ambitieuse.

En outre, alors que les premières rencontres de proximité (La Réunion, Mayotte, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées) et un premier rendez-vous institutionnel ont déjà été organisés, le lancement de ce site va permettre  aux parties prenantes comme au grand public de s’approprier la démarche de l’Ordre et de se tenir informé du déroulé de la grande consultation. Il comprendra à cette fin plusieurs outils :

  • Un calendrier des réunions à venir ;
  • Des premiers comptes rendus et des revues de presse des réunions de proximité ayant eu lieu ;
  • Une revue de presse plus large sur la démarche.

Le site internet suivra le déroulé des événements jusqu’à la restitution finale. Cette grande consultation donnera en effet lieu à un rapport servant de socle à des propositions pour l’avenir du système de santé. Elles seront rendues publiques à l’occasion d’un grand débat, et diffusées auprès des institutionnels, des acteurs de la santé et bien sûr de tous les médecins.

Les prochaines réunions de proximité

Parce que les médecins sont la clef de voûte de notre système de santé, l’Ordre a tenu à permettre à tous les médecins de s’exprimer lors de réunions en région. Ce cycle de réunions s’est ouvert le 5 septembre à la Réunion. Il se clôturera le 12 décembre à Rennes. Voici la liste des réunions à venir :

  • 26 septembre - région Provence Alpes –Côte- d’Azur et Corse – Marseille
  • 10 octobre - Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes – Nancy
  • 13 octobre - Guyane -Cayenne
  • 15 octobre - Fort-de-France
  • 16 octobre - Pointe-à-Pitre
  • 7 novembre - Centre - Orléans
  • 14 novembre -Bourgogne-Franche-Comté - Dôle
  • 21 novembre - Auvergne-Rhône-Alpes – Lyon
  • 27 novembre - Nord-Pas-de-Calais-Picardie - Lille
  • 28 novembre - Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes – Pessac
  • 5 décembre - Ile-de-France - Paris
  • 12 décembre - Bretagne-Normandie-Pays de la Loire – Rennes

Toutes les informations relatives à l’organisation de ces réunions sont disponibles sur le site lagrandeconsultation.medecin.fr

La rencontre avec les médecins du Nord - Pas-de-Calais - Picardie aura lieu le 27 novembre 2015 à 20h, au CHRU - Institut Gernez Rieux - 2 , rue du Docteur Schweitzer 59000 LILLE.

      Plus d'informations disponibles ici

Campagne de contrôles des cabinets de radiologie conventionnelle par l'autorité de sûreté nucléaire (ASN)

Publié le 4 juin 2015

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) contrôle, au nom de l’État, la protection des travailleurs et du public contre les effets des rayonnements ionisants. A ce titre, l’ASN mène des inspections auprès des détenteurs et utilisateurs de sources de rayonnements ionisants. A l’issue de ces inspections, elle leur adresse une lettre de suite, publiée par ailleurs sur son site internet www.asn.fr, formule des demandes d’actions correctives, des demandes d’informations complémentaires ou des observations et, si nécessaire, met en œuvre des moyens de coercition ou de sanction.

L’ASN s’efforce d’adapter ses actions de contrôle aux enjeux de radioprotection. En ce qui concerne les activités à faibles enjeux radiologiques, elle mène régulièrement des « campagnes » annuelles d’inspections auprès d’une profession déterminée. En ce qui concerne l’exercice de contrôle 2015, la division de Lille de l’ASN inspectera entre le 1er juin et le 31 août une vingtaine de cabinets de radiologie conventionnelle de la région Nord-Pas-Calais sur les thématiques de la radioprotection des travailleurs et des patients.


La nutrition, un soin pour et par tous

Publié le 13 mai 2015
L'unité Nutrition du Centre Hospitalier d'Arras organise le jeudi 11 juin 2015 de 10h à 16h des ateliers sur le thème "La nutrition, un soin pour et par tous".
     ( Cliquez sur l'affiche pour agrandir) 
Pour plus de renseignement, veuillez contacter le centre hospitalier d'Arras.

Colloque - Violences faites aux femmes
Publié le 18 mars 2015

Jeudi 16 avril 2015, de 8h30 à 17h30, Gynécologie Sans frontières et la Ville de Lille organisent un colloque à l’Hôtel de Ville de Lille destiné aux professionnels pour améliorer le repérage, l'orientation et l'accompagnement des femmes victimes de violences.

Physique, psychologique, verbale, émotionnelle, sexuelle, économique…  la violence se manifeste sous des aspects très variés et concerne, chaque année, plus de 200 000 femmes dans notre pays. Les violences sexuelles à l’école, à l’université et au travail sont aussi un phénomène croissant et préoccupant. 

Les professionnels de la santé sont souvent en première ligne lorsque de tels événements se produisent, sans toujours savoir comment prendre en charge la victime et l’orienter. Ce colloque intitulé « Repérer, Orienter, Accompagner», est organisé pour les professionnels afin de les informer, les former et d’améliorer le travail en réseau.

Programme du colloque

Présentation du 4ème plan contre les Violences Faites aux Femmes : épidémiologie, cycle et mécanismes de la violence.

- Quelles conséquences des violences faites aux femmes sur leur santé et celle de leurs enfants ?

- Comment repérer les violences faites aux femmes quand on est un professionnel de la santé ? Vers qui orienter les femmes ? 

- Quelle prise en charge pluridisciplinaire et en réseau ?

  (Cliquez sur l'image pour accèder au programme)

Pour plus d'informations :

    Site internet de la ville de Lille - Violences faites aux femmes : un colloque pour agir

Inscriptions via ce lien :

Colloque - Prévention et accès aux soins des personnes en situation de handicap mental
Publié le 3 mars 2015

Les Apei « Papillons Blancs » de la région du Nord – Pas-de-Calais, organisent à Lille un colloque consacré à l’accès à la prévention et aux soins pour les personnes en situation de handicap mental, à l’intention des professionnels de santé : médecins/personnels paramédicaux…. Au cours de ce colloque seront abordées deux thématiques particulières : les urgences médicales et la lutte contre le cancer.

Ce colloque sous le haut patronage de Christel Prado, présidente de l’Unapei, aura lieu le 9 avril 2015 de 20 h à 22 h  dans l’amphithéâtre de  l’Institut Gernez Rieux du CHRU de Lille.

Interviendront  à ce colloque le Docteur Grall, directeur de l’ARS, le Docteur Leclercq, directeur général du centre Oscar Lambret, Madame Carlier, cadre supérieure de santé référente du pôle des urgences de Lille,  le Docteur Frangin d’Oncodéfi de Montpellier, et Pascal Jacob, auteur d’un rapport ministériel sur l'accès aux soins et la prévention des personnes en situation de handicap.

L'objet de ce colloque est de sensibiliser les professionnels de santé de la région (médecins, paramédicaux..) sur la problématique de la prévention et de l'accès aux soins des personnes déficientes intellectuelles au travers des deux thématiques ; 2 tables rondes seront organisées au cours desquelles,  des personnes (en situation de handicap mental, leurs parents, des médecins…)  viendront témoigner de situations vécues ou  d’expériences concrètes relatives aux deux thématiques.

Vous pouvez télécharger, via les liens ci-dessous :

  Le programme du colloque - jeudi 9 avril 2015 de 20h à 22h


Information du Directeur Général de l'Agence Régionale de Santé du Nord - Pas-de-Calais 
Progression importante et brutale de l'épidémie de grippe
Publié le 23 février 2015

" Celle-ci atteint désormais son pic épidémique dans la région.

Comme annoncé, la surveillance virologique confirme la circulation majoritaire, d'un virus grippal H3N2 dont les caractéristiques antigéniques sont différentes de celles du virus H3N2 inclus dans le vaccin.

On observe une augmentation très forte du recours aux urgences, notamment des personnes âgées.
J'ajoute par ailleurs que le recours aux soins occasionné par l'épidémie de gastro-entérite demeure élevé.

Aussi, il m'apparaît nécessaire de mobiliser le secteur ambulatoire pour favoriser au maximum la prise en charge ambulatoire des malades et ne recourir à l’hospitalisation que pour les situations d’urgences le nécessitant. Il s’agit aussi de favoriser la sortie rapide des patients après hospitalisation en assurant le relais des soins à domicile. "

Dr Jean-Yves GRALL

DG ARS Nord – Pas-de-Calais


Accessibilité des cabinets médicaux
Publié le 11 février 2015

La loi n°2005-102 du 11 février 2005 stipule que l'accessibilité de tous les établissements accueillant du public doit être effective au plus tard le 1er janvier 2015.

Le gouvernement a mis en place un dispositif d’exception pour permettre aux établissements qui ne sont pas prêts de déroger à cette date (ordonnance n°2014-1090 du 26 septembre 2014 ) :

l’agenda d’accessibilité programmée  (Ad’Ap)

      Vous pouvez consulter une fiche synthétique présentant le dispositif via ce lien.


Face à la barbarie
Publié le 19 janvier 2015

Vous pouvez consulter via le lien ci-dessous la déclaration du Conseil National de l'Ordre des médecins suite à l'attaque terroriste contre la rédaction du journal Charlie Hebdo du 7 janvier 2015.

  Face à la barbarie - 9 janvier 2015


Le Dr Patrick BOUET, Président du Conseil de l'Ordre des médecins, répond au Figaro Economie (19 septembre 2014)
Publié le 24 septembre 2014

LE FIGARO. - Pourquoi êtes-vous contre le projet de loi santé ?

Patrick BOUET. - Nous sommes inquiets et perplexes. Ce texte apporte peu de solutions aux problèmes des médecins dans leur pratique et de réponses aux patients sur le terrain. C'est surtout un pas de plus vers une médecine réglementée et administrée, qui ne peut qu'entraîner un profond déséquilibre dans le système de santé. C'en sera fini de l'État qui garantit un égal accès à la santé sur le territoire. Les directeurs des agences régionales de santé (ARS) concentreront tous les pouvoirs, et, avec la réforme territoriale, ils superviseront des territoires considérables !

En quoi cela provoquera-t-il des inégalités pour les patients?

La santé, c'est comme la défense ou l'éducation nationale: c'est une mission régalienne. La régionaliser, comme Marisol Touraine entend le faire, c'est abandonner cette vision nationale. Prenons l'exemple de la permanence des soins assurée par les médecins libéraux. Aujourd'hui déjà, pour financer ces gardes, certaines ARS dépensent 1,50 euro par habitant, quand d'autres y allouent 5,50 euros! Demain pourra être pire.

Certains syndicats craignent que la liberté d'installation soit menacée. Vous êtes d'accord ?

Nous sommes, là encore, très inquiets. La loi ne menace pas la liberté d'installation, mais la manière de s'installer, en promouvant exclusivement les maisons pluridisciplinaires de santé, où seront centralisés généralistes, spécialistes, infirmiers et autres paramédicaux. En somme, nous revenons au modèle des dispensaires du début du siècle dernier! Tout cela alors que les praticiens sont aujourd'hui bien répartis sur le territoire, malgré ce qu'on en dit. Les médecins de proximité exercent encore dans des villages où il n'y a plus d'école ni de poste ! Comme si cela n'était pas suffisant, les directeurs des ARS pourront décider des lieux de stage des internes, ce qui, combiné à leur autorité sur les hôpitaux, leur donne des superpouvoirs !

La mesure phare du projet de loi, le tiers payant pour tous, est plébiscitée par les patients et rejeté par les médecins…

C'est une vraie fausse bonne idée. Une bonne idée, si le gouvernement précise que c'est pour éviter que des ménages ne se soignent pas pour des raisons financières. Mais ce n'est pas cette mesure qui va faire disparaître les insuffisances du système. Il faut surtout faire comprendre aux Français que la dispense d'avance de frais ne signifie pas santé gratuite pour tous, car c'est vous et moi qui finançons la santé. Enfin, le tiers payant ne doit pas compliquer la vie des médecins, ni renforcer le pouvoir de l'Assurance-maladie, qui aura la haute main sur leur trésorerie.

Comment réagissent les médecins sur le terrain ?

Je sens remonter un net sentiment d'inquiétude. Mes confrères ne comprennent pas une telle mise en cause et le refus des solutions avancées par la profession. Prenez les transferts de compétences: une sage-femme pourra décider de vacciner toute une famille. C'est complètement illisible pour le patient, qui ne saura plus vers qui se tourner pour tel ou tel soin! Hélas, depuis les ordonnances Juppé de 1995, nous subissons le même dogme qui veut que l'économie supplante la réflexion sur l'organisation des soins. La Cour des comptes en est la quintessence, qui pense qu'en sanctionnant les médecins, l'État résorbera le déficit! J'aimerais que la ministre de la Santé prenne la mesure du mécontentement qui gronde.

Propos recueillis par G. G.

lefigaro.fr


Radiologie interventionnelle : enjeux et responsabilités   
Publié le 24 septembre 2014

Le Dr Isabelle LAMBERT, Présidente du Conseil régional de l'Ordre des médecins du Nord - Pas-de-Calais a participé au séminaire "Radiologie interventionnelle : enjeux et responsabilité" qui s'est déroulé le 18 septembre 2014 au CHRU de Lille.

Le programme ici


Virus Ebola
Publié le 1er septembre 2014

Les pays atteints :

- Guinée,
- Nigeria,
- Liberia,
- Sierra Leone,
- Senegal (1 cas)
Pour toute question, veuillez contacter l'Institut Pasteur de Lille

Loi n° 2014 - 789 du 10 juillet 2014
Publié le 30 juillet 2014

Le gouvernement fixera par voie d'ordonnance le contenu des agenda d'accessiblité programmé (Ad'AP), ainsi que les modalités et les délais de présentation à l'autorité administrative.

A noter que les délais de présentation ne peuvent excéder 12 mois à compter de la publication des ordonnances.  (art 1)

Les ordonnances seront prises dans un délai de 5 mois à compter de la présentation de la loi du 10 juillet 2014. (art 4)

    Le texte de la loi est disponible via ce lien (Legifrance) :

La région en manque de Maîtres de stage :
Publié le 10 mars 2014

Comment devenir Maître de stage des Universités (MSU) ?

Les Maîtres de stage des Universités (MSU) sont des praticiens qui accueillent un étudiant et lui proposent un enseignement dans le cadre de leurs pratiques.

Les MSU sont nommés par le Doyen de la Faculté de Médecine après avis du responsable du Département de Médecine Générale.

Pour devenir MSU, il faut prendre contact avec le Département de Médecine Générale, lui communiquer :

‐curriculum vitae,

‐lettre de motivation,

‐les pièces pour justifier l’aptitude et la qualification.

Pour plus de renseignements, contactez le Département de Médecine Générale de la Faculté de Médecine de Lille

(Cliquez sur l'image ci-dessous pour agrandir)


Stratégie Nationale de Santé    
Publié le 20 février 2014

Le Dr Isabelle LAMBERT, Présidente du Conseil régional de l'Ordre des médecins du Nord - Pas-de-Calais a participé au débat public régional sur la stratégie nationale de santé, le jeudi 23 janvier 2014 à Lille Grand Palais.


Séminaire sur l'accès aux soins    
Publié le 20 décembre 2013

Le Conseil régional de l'Ordre des médecins du Nord - Pas-de-Calais a participé à un séminaire sur l'accès aux soins, le jeudi 5 décembre 2013, au CHRU de Lille.


Information destinée aux prescripteurs et aux pharmaciens
Publié le 19 décembre 2013

Note d'information : Merck Serono,
Objet : Tension d'approvisionnements en THYROZOL, comprimés pelliculés

Madame, Monsieur, Cher Confrère,

A la suite de la rupture d'approvisionnement affectant le principal médicament de la classe pharmacothérapeutique des antithyroïdiens de synthèse, les volumes de ventes de nos spécialités THYROZOL 5,10 et 20 mg, comprimés pelliculés ont très fortement augmenté depuis septembre 2013.

Les mesures prises par Merck Serono ont permis de maintenir jusqu'à présent un approvisionnement quasiment normal mais compte tenu de la poursuite de l'indisponibilité d produit concurrent, nos stocks ne permettent plus de répondre complètement à la demande fortement accrue.

A ce jour, nous ne sommes plus en mesure d'honorer les demandes des grossistes-répartiteurs en THYROZOL 10 et 20 mg. Nous disposons d'un stock de sécurité extrêmement limité réservé aux dépannages d'urgence. La remise à disposition auprès des grossistes-répartiteurs est prévue fin décembre 2013. THYROZOL 5 mg reste à ce jour disponible.

Cependant si la situation de rupture de stock affectant le principal médicament de la classe des antithyroïdiens de synthèse perdurait, les tensions d’approvisionnement se poursuivraient sur tous les dosages de THYROZOL.

Aussi, de façon transitoire jusqu’à la reconstitution de notre stock, nous demandons aux prescripteurs de ne pas initier de nouveau traitement par THYROZOL et nous remercions nos confrères pharmaciens de ne commander que les quantités strictement nécessaires pour leurs patients afin de maintenir la meilleure disponibilité possible de THYROZOL sur l’ensemble du territoire.

Par ailleurs, nous attirons votre attention sur le fait que les posologies des antithyroïdiens ne sont pas équivalentes entre les différentes classes thérapeutiques, la dose devra donc être ajustée au cas par cas, en fonction de l’état clinique et du dosage hormonal des patients. En cas de doute, il convient d’adresser le patient à un endocrinologue.

Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter au numéro Vert d’information Merck Serono : 0 800 888 024.

Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, Cher Confrère, en l’assurance de notre considération distinguée.


Valérie LETO
Pharmacien responsable
Merck SERONO 


Forum santé vaccination
Publié le 19 septembre 2013

Le Conseil régional de l'Ordre des médecins du Nord - Pas-de-Calais participera au Forum santé vaccination, le jeudi 3 octobre 2013, à l'Université catholique de Lille (Salla Aula Maxima)

Le programme ici


Les disparités régionales en santé mentale et en psychiatrie
Publié le 13 septembre 2013

Le Conseil régional de l'Ordre des médecins du Nord - Pas-de-Calais a étudié lors de la réunion du mardi 10 septembre 2013 les disparités régionales en santé mentale et en psychiatrie :

  • Notre région compte peu de psychiatres : Avec un taux de 14 psychiatres pour 100.000     habitants, le Nord - Pas-de-Calais de situe en dessous de la moyenne nationale qui est     de 21 psychiatres pour 100.000 habitants.
  • Il existe un manque important de professeurs de psychiatrie dans la plus grande faculté de France :   On compte à Lille 5 enseignants en psychiatrie pour 126 internes en 2012, et 160 internes prévus en 2017, alors que Strasbourg par exemple compte 5 enseignants en psychiatrie pour 44 internes en 2012 et 48 internes prévus en 2017.
  • Le Conseil regrette la baisse de la dotation annuelle du financement en 2012 et 2013.

Plus d'information disponibles sur le site de la Fédération Régionale Nord - Pas-de-Calais de Recherche en Santé Mentale


Election du Dr Patrick BOUET à la Présidence au CNOM
Publié le 12 juillet 2013
Le Conseil régional de l'Ordre des médecins du Nord - Pas-de-Calais félicite le Dr Patrick BOUET pour son élection à la Présidence au Conseil national de l'Ordre des médecins.
Ses grandes qualités et son esprit de dialogue sont pour nous les garants d'une bonne collaboration entre les différentes instances ordinales.

Les locaux des professionnels de santé : réussir l'accessibilité
Publié le 01/07/2013

Préambule

La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a renforcé l'obligation d'aménagement des bâtiments recevant du public, afin de permettre l'accès et la circulation des toutes les personnes handicapées, quelles que soient leurs difficultés. Par personnes handicapées il convient d'inclure tous les types de handicap : auditif, cognitif, moteur, psychique et visuel.

L'accessibilité de tous les établissements accueillant du public doit être effective au plus tard le 1er janvier 2015. Les locaux de professionnels de santé sont également concernés.

Cette orientation découle de la volonté du législtaeur de permettre à tout un chacun de pouvoir participer à la vie sociale et de vivre dans la plus grande autonomie possible.

Ce guide a été élaboré à votre attention avec le concours des organisations professionnelles et l'appui de la direction générale de l'offre de soins. La délégation ministérielle à l'accessibilité en a assuré la rédaction.

Un avant-propos, à lire impérativement, permet de prendre connaissance des obligations qui sont attachées à l'aménagement de votre local. En effet, le législateur a souhaité que l'effort de mise en accessibilité soit adapté à la taille des établissements.

Ce guide s'attache à développer les principales règles retenues pour faciliter les déplacements des personnes handicapées et leur accès aux prestations. Il est organisé selon le principe dit de la chaîne de déplacement : arriver, entrer, être pris en charge, etc.

Il traite aussi de différentes questions administratives qui peuvent vous préoccuper - que vous soyez locataire ou copropriétaire-, notamment des conditions d'obtention d'une dérogation aux règles décrites dans ce guide.

Téléchargement du guide via le lien ci-dessous :

L’actualité nous interroge à nouveau sur le médicament :
Publié le 10/06/2013

Comment est-il possible que l’on confonde des comprimés lors de la mise en place d’un conditionnement (le médicament FUROSEMIDE aurait été remplacé par du ZOPICLONE dans la mise en conditionnement de celui-ci par le laboratoire TEVA).

Il apparaît légitime de s’interroger quant à la possibilité d’une telle erreur :
Le médicament fabriqué n’est donc pas mis sous conditionnement lors de la fabrication ?
Si c’est le cas, cela nuit certainement à la sécurité du médicament.

Les médecins prescripteurs réclament pour leurs patients une sécurité totale et une traçabilité parfaite. 

Il semble que cela ne soit pas fait actuellement puisqu’un grand nombre de médicaments sont fabriqués à l’étranger et conditionnés dans des pays européens. Il n’est pas écrit sur les boîtes de médicaments où ils sont fabriqués et ni où ils sont « conditionnés ». Cette anomalie semblerait porter plus sur les médicaments génériques.

La gravité d’une telle erreur doit faire bondir les autorités de santé et l’agence nationale de sécurité du médicament mène son enquête. Espérons que les résultats de l’enquête seront publiés.
Edité le 12/07/2013
Après enquête, il semblerait qu'il n'y ait aucune erreur dans le conditionnement du FUROSEMIDE et du ZOPICLONE  et que toute cette affaire très médiatisée serait liée à une mauvaise interprétation par une pharmacienne de la plaquette d'un de ces médicaments sous blister.